CoCoShaker – Incubateur d’entrepreneurs sociaux en Auvergne

actualités

La Métropole planche sur l’accessibilité

Depuis la rentrée, une nouvelle signalétique est en phase de test dans deux équipements nautiques de la Métropole.

Son objectif : faciliter l’accès de ces établissements ouverts au public (ERP) aux personnes porteuses de handicaps cognitifs, intellectuels ou mentaux.

À la piscine Androsace de Cournon d’Auvergne et Jacques Magnier de Clermont-Ferrand, une nouvelle signalétique a fait son apparition, composée de pictogrammes et de dessins accompagnés de descriptifs d’actions simples. “Il s’agit d’une communication visualisée”, explique Mireille Guerin, chargée de la mise en accessibilité du patrimoine bâti de la Métropole. Aujourd’hui, la plupart des établissements recevant du public gérés par la collectivité sont accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR), mais d’autres formes de handicaps ne sont pas toujours prises en compte.

“C’est justement pour rendre accessibles à tous les activités d’un site que nous avons lancé ce projet de communication visualisée”.

Signalétique spatiale ou réglementaire, les nouveaux panneaux installés dans les piscines délivrent des informations de repérage et d’usage, et permettent aux personnes ayant des troubles cognitifs, intellectuels ou mentaux, ainsi qu’aux illettrés, tout-petits ou allophones, de gagner en autonomie de déplacement.

Concrètement, sur le terrain, l’accessibilité à tous se traduit aussi par l’installation d’équipements spécifiques comme, par exemple, un siège de mise à l’eau ou un cheminement sans ressaut avec un gabarit adapté pour les PMR, une ligne de guidage contrastée visuellement et tactilement pour les malvoyants ou la mise à disposition d’une boucle à induction magnétique pour les malentendants… “La piscine Androsace, par exemple, possédait déjà une rampe adaptée, contrastée en couleurs et en matériaux, pour permettre aux PMR et aux malvoyants d’accéder à l’aire de jeux”, détaille Mireille Guerin. “Avec cette nouvelle communication visualisée, de l’accueil jusqu’aux bassins et espaces extérieurs, nous nous attachons à prendre en compte le handicap cognitif”.

Que ce soit au guichet, dans les sanitaires, les vestiaires, les espaces de circulation, “la zone est identifiée et les actions à effectuer ou les consignes à respecter sont indiquées en chaque lieu”. Un dispositif test qui a pour vocation de se déployer sur l’ensemble des équipements recevant du public de la Métropole à l’horizon 2021. •